Articles - Livres

La révolution mondiale

  |   1  |  Poster commentaire  |  Livres


Le sous-titre de cet ouvrage, traduit de l’allemand, précise qu’il s’agit de « l’histoire du Komintern (1919-1943) racontée par l’un de ses principaux témoins ».

Or il n’en est rien et cela pour deux raisons : Il traite essentiellement des rapports entre le Komintern et le parti communiste allemand : l’auteur, épouse d’un des dirigeants du parti allemand, n’a joué aucun rôle politique et ne connaissait les événements que de seconde main, par les récits de son mari et de ses camarades. Il ne peut donc être question de considérer Mme Buber-Neumann comme l’ « un des principaux témoins de l’histoire du Komintern », contrairement à Humbert-Droz, ancien secrétaire de la IIIe Internationale. Mme Buber-Neumann, après l’exécution de son mari, pendant la « grande épuration », a été envoyée dans un camp de travail forcé en Sibérie, puis livrée par Staline à Hitler avec un groupe de communistes allemands et internée à Ravensbrück.

Elle a donc de bonnes raisons d’être hostile à ceux qui, après avoir fait tuer son mari par le Guépéou, l’avalent envoyée, elle, communiste et juive, aux camps d’extermination de la Gestapo. Sa rupture avec le Komintern est donc parfaitement justifiée. Ce qui l’est moins, c’est sa haine qui englobe aussi bien Lénine que Staline, Dimitrov que Manouilski. C’est aussi le ton de son livre qui, à propos des révolutions avortées, déclare que « les morts de la révolution mondiale n’ont pas été les victimes d’une tragique erreur ; ils ont été menés à la boucherie par les chefs du parti bolchevique ».

Que Mme Neumann considère Staline, malgré ses exactions, comme un disciple fidèle de Lénine, qu’elle désapprouve à cinquante ans de distance la rupture avec la social-démocratie et la création du Komintern, c’est un point de vue qu’on peut admettre ou rejeter, mais qui relève d’une certaine analyse des événements. Il nous parait moins admissible d’écrire, à propos de Lénine, « l’auteur aboie contre tous les socialistes qui ne partagent pas son opinion politique ».