forum

Et après » Mons expédie un canon au Canada pour le centenaire de l'Armistice

Administrateur

rank_admin.png

Avatar

Inscrit le: 27/12/2013

Messages: 10093

Le 10/03/2018 à 14h15


Dans le cadre des commémorations du centenaire de l'Armistice, la ville de Mons va prêter un canon très symbolique au musée de la guerre à Ottawa, capitale du Canada.

C'est un colis spécial pesant 1.600 kilos que s'apprête à envoyer la ville de Mons à un musée à Ottawa. Lundi prochain, les équipes du musée canadien de la guerre réceptionneront une caisse en bois à 6 faces contenant un canon répondant au doux nom de Ordnance QF 18pdr.

Ce canon est un des deux canons canadiens offerts par le corps d'armée canadien aux autorités de la ville de Mons, une fois l'Armistice entrée en vigueur le 11 novembre 1918. Le premier est exposé au Mons Memorial Museum, tandis que celui qui s'apprête à prendre la route du Canada par la voie des airs est actuellement stocké dans les collections de la ville. C'est dans le cadre des commémorations du centenaire de l'Amistice que le canon va retrouver son pays de conception.

"Le Musée de la guerre d'Ottawa, capitale du Canada, souhaitait faire une exposition sur les cent jours du Canada. Mais ils avaient besoin d'une pièce centrale. Quand ils ont su que nous avions ce canon, ils se sont montrés tout de suite intéressés", explique Corentin Rousman, archiviste à la ville de Mons.

Et ce canon n'est pas n'importe lequel: c'est celui qui a tiré le dernier coup de la première guerre mondiale. Ces dernières salves furent tirées la nuit du 10 au 11 novembre, contre des postes de mitrailleuses situés le long du canal, au nord-est de Mons. Aux premières heures du matin, la batterie traversa la Grand'Place de Mons et entra en action sur le champ de Mars à Nimy, avant d'être mise à la retraite.

Attirer des Canadiens à Mons

Ce canon sera prêté pour une période de 5 ans renouvelable, de quoi souligner les liens qui unissent la ville de Mons avec le Canada, dont les soldats ont activement oeuvré à la libération de la ville. Le pays du sirop d'érable sera d'ailleurs au centre des commémorations du centenaire de l'Armistice, qui s'étaleront de la fin du mois d'août au 11 novembre à Mons.

Pour marquer le coup, le bourgmestre et le Collège communal n'excluent pas de se rendre à Ottawa lorsque le canon sera dévoilé au public. Pour Mons, l'enjeu n'est pas que protocolaire. "Les Britanniques et les Anglo-Saxons sont très attachés à la mémoire de guerre", rappelle Elio Di Rupo. Un public "captif" qui constitue une grosse part des visiteurs du Mons Memorial Museum. Touristiquement parlant, il y a donc tout intérêt à se faire connaître des Canadiens.

"Les Canadiens connaissent bien Ypres, Passendale ou Vimy (dans le Pas-de-Calais). Mais Mons, beaucoup moins, pour la simple raison que peu de militaires canadiens ont été tués à Mons", indique Corentin Rousman. Mais symboliquement, la ville de Mons n'en est pas moins intéressante pour les adeptes canadien du voyage de mémoire: c'est dans le cadre de la bataille de Mons que le soldat canadien George Price a été tué, à 10h58, 2 minutes avant l'entrée en vigueur de l'Armistice. Le dernier soldat à être tombé durant cette guerre.

Les Canadiens, perforateurs de la ligne de front
"Les cent jours du Canada", communément appelés "l'offensive des Cent-Jours", sont considérés par le Canada comme le symbole de l'émancipation et de l'identité canadienne. Du 8 août 1918 au 11 novembre, le Corps d'armée canadien de l'arrmée britannique a joué un rôle de premier plan dans la poussée victorieuse jusqu'à Mons.

L'offensive démarre dans la région d'Amiens et prend par surprise les troupes allemandes, qui perdent 25 kilomètres en trois jours. Les Canadiens enfoncent à nouveau les lignes allemandes du 26 août au 2 septembre dans la région d'Arras. Ils finissent par briser la ligne Hindenburg à la fin du mois de septembre. Dans la foulée, les Canadiens reprennent Cambrai, délivrent Valenciennes et terminent leur poussée à Mons, le jour de l'Armistice.

Du Beau Vélo de RAVel à un mapping sur la Grand-Place
Plusieurs événements en lien avec les commémorations du centenaire de la bataile de Mons ont été dévoilés ce lundi. A commencer par une édition montoise du Beau Vélo de RAVeL, le 18 août, sur la thématique du centenaire de la libération de Mons. Les 8 et 9 septembre, Mons se souviendra lors d'une cérémonie officielle et de plusieurs activités culturelles qu'elle a accueilli des réfugiés de Douai, déportés par les Allemands lors de l'avancée des alliés.

Une reconstitution des mouvements de troupe de l'armée alliée sera également proposée le 22 septembre depuis Cambrai jusque Mons. Du 26 octobre jusqu'au 11 novembre, un mapping vidéo sera projeté sur l'hôtel de ville de Mons. La nuit des musée (26 octobre) sera aussi dédiée à la libération. Ces trois mois de commémorations seront clôturés par un weekend des 10 et 11 novembre chargé en activités commémoratives et culturelles.

La source: http://www.lavenir.net/cnt/dmf20180122_01114583?pid=3600782
Site web    
Répondre
Vous n'êtes pas autorisé à écrire dans cette catégorie
1 Utilisateur en ligne : 0 Administrateur, 0 Modérateur, 0 Membre et 1 Visiteur Utilisateur en ligne : Aucun membre connecté