forum

Et après » Qui sont ces inconnues photographiées sur le pont George-V, à Orléans, à l'époque du IIIe Reich ?

Administrateur

rank_admin.png

Avatar

Inscrit le: 27/12/2013

Messages: 10179

Le 01/11/2018 à 17h25


Début octobre, les archives départementales d’Indre-et-Loire lançaient un appel à témoin, afin de localiser cette photo prise entre 1940 et 1944. Les réactions des internautes ne sont pas faites attendre : "Cela pourrait être Orléans". Ce qui a d’ailleurs été confirmé. Mais d’où vient ce cliché en noir et blanc ? Qui sont ces femmes ? Nous avons cherché des réponses.

Tout a commencé sur les réseaux sociaux. Début octobre, les archives départementales d’Indre-et-Loire postaient une photo en noir et blanc, datant des années 1940. Au centre, deux jeunes filles arborant un "uniforme de l’administration allemande". Elles semblent se jeter un regard complice, appuyées sur le parapet d’un pont ligérien. L’endroit fait furieusement penser à Orléans. De quoi titiller notre envie d’en savoir davantage.

1) Le pont George-V
"Après recherches et comparaisons, nous sommes quasi sûrs qu’il s’agit bien d’Orléans", confie Christel Duris-Girard, responsable des archives d’Orléans et de la Métropole. Des preuves ? Ce pont en arrière-plan. Celui de "Vierzon" (détruit en juin 1944) reconnaissable grâce à "ses 14 arches au dessus de la Loire et ses ouvertures rondes". Il y a aussi "ces petits pavés disposés en arc de cercle". Sans oublier ce "parapet qui compte bien trois rangées de pierres". Autant d’éléments "visibles sur d’autres photos" du pont George-V.

2) D’où provient cette photo ?
Cette photo provient "d’un fonds judiciaire entièrement communicable", confie Sébastien Chevereau, des archives départementales d’Indre-et-Loire.

Ce document fait écho à une période trouble de l’histoire de France, l’épuration judiciaire intervenue au moment de la Libération. Souvent extra-judiciaire dans les faits : collaborationnistes (avérés ou soupçonnés) lynchés, femmes tondues pour s’être données, corps et âme, à des nazis…

"Ce fonds est constitué de près de 1.000 dossiers d’accusation, dont celui de cette jeune Tourangelle. Elle avait 20 ans en 1943." Cette photo visait donc à mettre en lumière des liens directs entre cette jeune fille, dont le nom restera secret, et l’ennemi.

3) L’histoire de cette photo
Ces photos, accompagnées d’une centaine d’autres clichés, ont été retrouvées chez cette Tourangelle, lors de la Libération de Tours. Impossible de savoir si elles appartenaient réellement à cette jeune fille ou si une tierce personne les a abandonnées là dans le but de sceller le destin de la jeune demoiselle. Qui a appuyé sur le déclencheur de l’appareil photo ? Peut-être un soldat au service d’Adolf Hitler basé à Tours, en visite à Orléans, ou vice versa.

"Nous n’en savons rien", concède Sébastien Chevereau. Impossible de savoir si la jeune accusée de trahison est bien l’une des jeunes femmes sur cette photo. L’état du document ne permettra d’apporter aucune réponse précise à ce sujet. Raison pour laquelle toute personne pouvant apporter des éléments nouveaux dans cette affaire, est invitée à contacter les archives départementales d’Indre-et-Loire.

Si cette photo vous évoque quelque chose, prenez contact avec les Archives départementales d’Indre-et-Loire.
Site web : http://archives.cg37.fr Tél. : 02.47.60.88.88.

La source: https://www.larep.fr/orleans/insolite/2018/10/22/qui-sont-ces-inconnues-photographiees-sur-le-pont-george-v-a-orleans-a-l-epoque-du-iiie-reich-allemand_13023575.html#refresh
Site web    
Répondre
Vous n'êtes pas autorisé à écrire dans cette catégorie
1 Utilisateur en ligne : 0 Administrateur, 0 Modérateur, 0 Membre et 1 Visiteur Utilisateur en ligne : Aucun membre connecté