forum

Les groupes et membre résistants » Allemagne La résistance communiste sous le régime nazi de 1933 à 1945

PetitJean Membre non connecté

Administrateur

Rang

Avatar

Inscrit le : 27/12/2013 à 09h11

Messages: 10225

Le 10/06/2019 à 15h39
La littérature relative à la résistance sous le IIIe Reich est consacrée aux comploteurs aristocrates de juillet 1944 et à la poignée de jeunes catholiques de la «Rose blanche». La résistance communiste qui s’est développée à cette époque est inexistante selon l’historiographie officielle, qui tente d’expliquer cette supposée absence par les effets de la répression, la démoralisation ou le ralliement du peuple allemand au régime nazi. Ce déni n’a jamais été questionné, alors que les preuves de la fausseté des arguments présentés sont légion.

Dans les années 1930, le KPD (Parti communiste d’Allemagne) compte un million de membres et développe un appareil clandestin s’appuyant sur les 100’000 miliciens d’une organisation paramilitaire: la Ligue des combattants du Front rouge. En janvier 1933, les nazis arrivent au pouvoir. Les communistes seuls réagissent par des grèves et des manifestations. Le KPD est mis hors la loi et, dans la seule nuit du 27 au 28 février, après l’incendie du Reichstag, 10’000 communistes sont arrêtés. Quelques semaines plus tard, ils seront 20’000 et en novembre, 60’000. En quelques mois, 2000 militants sont abattus ou torturés à mort.

Le KPD est contraint à la clandestinité et, dans chaque grande ville ouvrière, ses organisations se reconstituent. Régulièrement décimées par la Gestapo, elles ne cessent de se reformer et de poursuivent leurs activités. Celles-ci sont multiples: propagande antifasciste en direction du prolétariat allemand, sabotage de la production de guerre, aide aux antifascistes emprisonnés et, enfin, préparation d’une insurrection sur la base du précédent de 1918. Les archives de la Gestapo révèlent cette inlassable activité malgré les vagues d’arrestations et les milliers de condamnations à mort.

La résistance est le fait de communistes actifs autant exilés que de ceux qui restent sur le sol allemand, rendant indéniable l’apport du KPD à la cause antifasciste. Les communistes ayant pu quitter le Reich organisent dans les pays voisins des «centrales» pour aider la résistance intérieure par l’envoi de cadres et de matériel. Ils fournissent des milliers de volontaires pour combattre en Espagne et, lorsque l’Europe sera envahie, ils s’engageront dans les résistances locales, créant parfois des unités entières de partisans. Avant 1933, le KPD avait détaché des militants aguerris aux services secrets soviétiques. Le seul réseau Harnack/Schulze-Boysen a livré des informations si nombreuses et cruciales à l’URSS que le chef des services secrets allemands a estimé qu’il avait coûté au Reich la vie de 200 000 soldats. Dans les camps de concentration, les SS emploient des détenus pour effectuer des tâches auxiliaires. Les prisonniers de droit commun auxquels ces postes sont d’abord confiés se disqualifient par leurs vols et leurs rivalités et des militants du KPD reprennent peu à peu nombre de ces occupations. Ils parviennent, grâce à une utilisation centralisée et rationnelle des possibilités offertes, à donner aux SS l’apparence d’une bonne administration tout en atténuant le caractère mortifère des camps. Ils sauvent (par substitution d’identité) des condamnés à mort, sabotent la production de guerre, éliminent les mouchards et préparent l’insurrection armée. A l’approche des forces alliées, les déportés de Buchenwald se libèrent eux-mêmes, capturant 150 SS.

Alors que les troupes alliées entrent en Allemagne, 130 organisations clandestines municipales apparaissent au grand jour, poussant les militaires à capituler, arrêtant les nazis notoires, organisant les services publics.

Il n’y a rien d’étonnant à ce que l’historiographie ouest-allemande de l’après-guerre ait occulté la résistance de dizaines de milliers de communistes allemands: en effet, cette historiographie est l’œuvre d’une université qui n’a alors pas totalement rompu avec l’époque hitlérienne. Ce déni s’est perpétué dans le cadre de la guerre froide et donc dans l’historiographie occidentale. Il est temps de rétablir la vérité historique, d’en dénoncer les falsificateurs et, surtout, il est temps de rendre justice à ces hommes et à ces femmes qui, dans des conditions effroyables et au prix de sacrifices inouïs, ont lutté jusqu’au bout contre le fascisme.

Les sources:
https://www.amazon.fr/R%C3%A9sistance-allemande-contre-Hitler-1933-1945/dp/2130536719
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sistance_allemande_au_nazisme
https://booknode.com/la_rose_blanche_0115989
https://booknode.com/ces_allemands_qui_ont_defie_hitler_01453925
Site web    
Répondre
Vous n'êtes pas autorisé à écrire dans cette catégorie