Dictionnaire

La première guerre mondiale a permis de rassembler sur le champ de batailles des populations venues de tous les horizons. Des soldats arrivant de toutes les régions qui se côtoient. Dans ce nouveau creuset linguistique va naître un argot composite où les patois régionaux se mêleront aux langues étrangères.

Ce nouveau brassage de langues inédit va enrichir durablement la langue française à tel point que nombre d’expressions sont encore et toujours employées dans notre parler quotidien. La page qui suit offre un florilège de quelques termes employés jadis par les soldats présents sur le front.

Tandis que la

Lexique des Tranchées, de concentration et de la guerre

Il existe 7 noms dans ce répertoire qui commencent par la lettre K.
Kamikaze
(en Japonais Vent Divin) Aviateurs japonais volontaires pour s’écraser, à partir d’octobre 1944, avec leur avion chargé d’explosifs, sur les navires américains.

Kanninchen
Lapin domestique, pris dans le sens de cobaye. Désignait, à Ravensbrück notamment, les déportées sur lesquelles les S.S. pratiquaient des expériences.

KaPO
Déporté responsable d’un kommando de travail ou qui dirige un service, par exemple : le Kapo du Baukommando, le Kapo de l’Effektenkammer. Choisis le plus souvent parmi les déportés de droit commun (verts) ils étaient, à de rares exceptions près, des auxiliaires zélés des S.S. se livrant aux pires sévices et brutalités. L’origine du mot kapo provient de la contraction des mots « KAmaraden POlitzei ».

KGF
Kriegsgefangene. Catégorie nazie de classification dans les camps : Prisonnier de guerre.

KL ou KZ
L’une et l’autre de ces abréviations viennent du mot « Konzentrationslager » (camp de concentration). K.Z. est le sigle familier ; KL, suivi du nom du camp ou des deux premières lettres de ce dernier, est le sigle officiel.

Kommando
Désigne une équipe de travail ou un service du camp

Kommando extérieur
Un camp annexe dépendant d’un grand camp se subdivisant lui aussi en divers Kommando de travail.


Envoyer un nom