La saint Patrick et la seconde guerre mondiale

Cela ne semble peut-être pas évident au premier coup d’œil, mais la Saint-Patrick présente plusieurs liens, bien que la République d’Irlande ait maintenu sa neutralité tout au long de la Seconde Guerre mondiale, la guerre des airs eut à plusieurs reprises un impact notable sur cette nation. L’Irlande subit des raids aériens allemands, probablement du fait de bombardiers s’aventurant au-delà de leurs cibles en Grande-Bretagne, et ouvrit une partie de son espace aérien à la RAF. Le pays prêta même des avions inutilisés durant le conflit et accueillit de nombreux avions forcés d’atterrir sur ses côtes.

Malgré la neutralité supposée du pays, certains pilotes irlandais se sentirent suffisamment concernés par la guerre pour quitter l’Irlande et s’engager aux côtés d’autres nations. Un pilote en particulier, Brendan « Paddy » Finucane, un as de l’air de tout premier ordre, élimina semble-t-il 28 avions allemands durant son engagement au sein de la RAF avant d’être lui-même abattu après un raid en juillet 1942. Paddy est d’ailleurs le diminutif du nom Patrick, ce qui constitue un autre point commun avec notre fête.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’Irlande réalisa l’importance de se doter d’une armée de l’air moderne et compétente. L’Irish Air Corps, fondé à l’origine en 1922, ne cessa de s’agrandir. La flotte de biplans et de vieux coucous fut rénovée avec l’acquisition initiale de Hurricane et de Spitfire. Le Corps est resté opérationnel durant tout le XXe siècle jusqu’à nos jours, souvent pour des missions de sauvetage, et a maintenu une présence durant les troubles survenus en Irlande du Nord et plus récemment en Libye.