Le clairon et la trompette

– Instrument à vent en cuivre, naturel, adopté en France depuis 1825 pour les signaux de l’infanterie. Son tube conique est d’un diamètre relativement considérable et d’une longueur théorique de 1 m. 475 pour le ton de si bémol, ou de 1 m. 314 pour le ton d’ut, rarement employé.. Le clairon en si bémol se note en ut et sonne une seconde majeure au-dessous de la notation. Il a pour étendue :

La note fondamentale, si bémol, et les sons 7 et 8, difficiles à obtenir, ne sont pas employés. Le timbre du clairon est très sonore, martial, un peu rude. Il convient admirablement à son rôle militaire et presque toutes les armées modernes en font usage. Les mentions du clairon et du claironceau qu’on relève chez les écrivains du moyen âge se rapportent à une forme primitive aujourd’hui mal connue. Le bugle et le saxhorn sont des perfectionnements, ou des transformations du clairon., opérées en vue d’un usage musical plus étendu.

– On désigne habituellement par le nom de l’instrument le soldat qui en joue. Auprès du glorieux souvenir du clairon de Sidi-Brahim et du clairon d’Inkermann, l’histoire inscrira les traits d’héroïsme de plus d’un clairon de la guerre de 1914-1918.
– On nomme parfois Clairon le registre aigu de la clarinette.
– Jeu d’orgues (anches) sonnant à l’octave au-dessus de la trompette.

Histoire de la Trompette
Les premières trompettes étaient faites en os, en bois, en bambou, enterre cuite, en corne ou même en coquillage. Aujourd’hui encore, les aborigènes d’Australie jouent didgeridoo, une trompette en bois. Elles servaient à effrayer les animaux dangereux, à repousser l’ennemi, à sonner l’alarme. On les utilisait aussi pour chasser les esprits maléfiques.

Les premières trompettes ont été inventées dans l’Antiquité, elles apparurent en Égypte il y a plus de trois mille ans. Quand on ouvrit le tombeau de Toutankhamon en 1922, on découvrit deux trompettes : l’une faite de cuivre et d’or, l’autre d’argent. Au Moyen Age, la « trompe », de forme également droite, est utilisée pour la chasse et pour l’armée. Puis le tuyau à perce conique est peu à peu recourbé pour former trois branches parallèles (le « pavillon », « l’embouchure » et la branche inférieure) reliées par des coudes.


Trompettes de Cérémonie
Les trompettes jouaient un grand rôle chez les Romains. Quand la trompette se répandit en Europe, elle vit s’accroitre son rôle militaire et cérémoniel. En 1902, lorsque le Doge quittait Venise, deux cents trompettes saluaient son départ, accompagnées par des tambours et autres instruments.

Les croisés étaient souvent accueillis à grand renfort de trompettes et de tambours parles musulmans, qui cherchaient ainsi à les effrayer. Les anciennes trompettes étaient longues et droites, ce qui permettait d’y accrocher des étendards lors des cérémonies; mais, sur le champ de bataille, cette forme pouvait se révéler un handicap. Aussi, vers la fin du XIVe siècle, vit-on apparaître une nouvelle trompette en forme de S; l’instrumentiste à cheval pouvait la tenir d’une seule main.

Trompettes Médiévales
La fin du XIVe siècle et le début du XVe siècle furent des périodes marquantes dans l’évolution de la trompette. Les facteurs de trompettes français furent les premiers à recourber l’instrument en forme de S , annonçant l’avènement de la trompette moderne. Mais renouveau modèle ne connut pas un succès immédiat.

On continua à fabriquer des trompettes droites pendant encore deux cents ans. Nuremberg devint le centre européen de manufacture de trompettes; on y produisait des cuivres de la meilleure qualité et parfois en métal précieux. Lors du couronnement de Christian IV du Danemark en 1588, soixante-quatre musiciens embouchèrent des trompettes d’argent.

Chaque ville importante avait ses propres trompettistes, directement rattachés aux autorités municipales. Ils ne pouvaient jouer que dans les cérémonies royales et civiles, ainsi que dans les régiments de cavaleries. Jaloux de leurs privilèges, ces musiciens de haut rang se regroupaient en guildes (associations).

Trompettes Naturelles
Les anciennes trompettes sont dites naturelles parce qu’elles ne possédaient ni clefs ni trous pour les doigts (comme la flûte ou le hautbois); les instrumentistes devaient se fier uniquement à leurs lèvres pour produire les notes, comme dans notre clairon moderne. Leur registre était donc peu étendu, et les compositeurs ne pouvaient donner aux trompettes que des parties assez restreintes. Des tons de rechange permettaient de varier les tonalités, mais certaines notes restaient impossible à obtenir.

Trompettes à Pistons
La trompette était de plus en plus utilisée dans la musique orchestrales, et les fabricants cherchèrent à mettre au point un instrument capable de jouer la tonalité des notes. On conçut d’abord une trompette munie d’une coulisse, comme un trombone; puis on construisit une trompette dotée de clefs comme une flûte. Mais l’invention décisive fut celle despistons, vers 1820. Désormais, l’instrument pouvait jouer toutes les notes de la gamme; il était également plus facile d’emploi, et d’une bonne sonorité. La trompette pouvait enfin être traitée sur le même plan que les autres membres de l’orchestre.

Musicalement, la trompette est un instrument très diversifié, qui trouve sa place aussi bien dans un orchestre symphonique que dans un ensemble de jazz ou même dans les domaines les plus variés, comme de grands concerts de groupe de Rock ! Son registre s’étend du murmure étouffé au fortissimo le plus aigu. Dans l’orchestre, sa sonorité brillante porte bien, et beaucoup de compositeurs l’ont utilisée pour renforcer l’intensité dramatique de certains passages. Combinées aux trombones, les trompettes confèrent à l’orchestre toute sa puissance sonore.