News - Information

A Alfred Gors

Par , le dans Information - Aucun commentaire
A Alfred Gors


Le 11 novembre de cette année, comme beaucoup d'années je vois le nombre de jeunes réuni autour des monuments de ma région. Les gens écoutent les discours des politiciens, d'autres sont à l'écoute du chant aux morts interprétés par la clique des pompiers suivis de la Brabançonne de la fanfare de Basècles.

Pour vous aujourd'hui ce n'est qu'un jour de fête pour votre enfant, mais il y a 74 ans d'ici des gens ont combattu pour que vous célébriez cette fête sans vous agripper à un coin de votre lit, là ou les obus pleuvaient, ou les balles ricochaient où les collaborateurs rapportaient.


Vous êtes automobilistes, vous passez sans regarder, sans pensée, mais qu’adviendrait-il si des gens comme nous ne se rappelle pas.

Serait-ce une place vide:
Photo Jean-claude Carlier

Non, nous devons se souvenir de l'atrocité qui sait passé au mémorial de Breendock, après que le dit "Le petit postier" soit capturé sur son lieu de travail à Blaton, celui-ci sera comme parmi tant d'autres la proie du commandant, le SS-Aufanglager, qui lâche son berger allemand pour amuser la galerie, ou les tortures atroces après 11 heures de travail, écrasé par l'épuisement, les détenus devaient nus courir sous la pluie par une pluie battante avec des 5° et pour les patriotes obstinés il passait du bunker à la salle des supplices. Là une mise en scène était destinée à émouvoir les plus durs, et les jours passaient et toujours se même rituel.

Pour que cela n'arrive plus, n'oublions pas "plus jamais cela"
Passant souviens-toi