Liens Web - Musée

Le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück

Informations sur le lien
Nombre de visites : 7
Catégorie : Musée
Aucun commentaire
0 Note
C'est dans le village prussien de Ravensbrück, aux abords de l'ancienne station thermale mecklembourgeoise de Fürstenberg, que la SS fit construire en 1939 le plus grand camp de concentration pour femmes d'Allemagne. Les premières détenues transférées à Ravensbrück au printemps 1939 provenaient du camp de concentration de Lichtenburg. En avril 1941, un camp pour hommes fut accolé au camp des femmes et placé sous la direction du màªme commandant.
Le »camp de protection pour jeunes« de Uckermark, destiné à l'internement des »jeunes délinquantes«, fut construit non loin du camp de Ravensbrück au mois de juin 1942. Le camp de concentration pour femmes fut constamment agrandi jusqu'en 1945. Un secteur industriel doté d'ateliers de fabrication fut aménagé dans l'enceinte du camp. l'entreprise Siemens & Halske fit construire aux abords du camp 20 halls de production, dans lesquels des détenues furent forcées de travailler à partir de la fin de l'été 1942. Jusqu'en 1945, plus de 40 camps-annexes, dans lesquels des détenues de Ravensbrück furent soumises au travail forcé, virent
le jour à travers le Reich.

Entre 1939 et 1945, environ 132.000 femmes et enfants, 20.000 hommes et 1.000 adolescentes furent immatriculés comme détenus à Ravensbrück. Ils étaient originaires de plus de 40 nations différentes. Parmie eux se trouvaient des juifs ainsi que des Sintis et Roms. Des dizaines de milliers de détenus furent assassinés, moururent de faim, succombèrent aux maladies ou aux expérimentations médicales. A la fin de l'année 1944, la SS fit aménager dans une baraque proche du crématoire du camp de Ravensbrück une chambre à gaz provisoire o๠elle assassina, entre la fin du mois de janvier et le mois d'avril 1945, entre 5.000 et 6.000 détenus.

Peu de temps avant la fin de la guerre, les Croix- Rouge internationale, suédoise et danoise parvinrent à faire évacuer quelques 7.500 détenus en direction de la Suède, de la Suisse et de la France. Suite à un ordre d'évacuation émanant de Himmler, le commandant du camp, Fritz Suhren, fit former les plus de 20. 000 détenus restés dans le camp en colonnes de marche qu'il lanà§a sur les routes en direction du nord-ouest. Le 30 avril 1945, l'Armée Rouge libérait le camp de concentration de Ravensbrück et les quelques 2. 000 malades laissés sur place au moment de l'évacuation du camp.

Mais pour la majorité des femmes, hommes et enfants qui survécurent à la fin de la guerre, la libération ne signifia pas la fin de leurs souffrances. Beaucoup d'entre eux décédèrent dans les semaines, les mois et les années qui suivirent. Màªme des décennies après leur libération, les survivants continuent à souffrir des séquelles de leur internement concentrationnaire.